You are currently viewing Musika na Kipaji: ce festival qui rend encore audible Goma

Musika na Kipaji: ce festival qui rend encore audible Goma

Goma, dimanche 26 novembre 2023, voici Musika na Kipaji (talents de jeune fille), cet événement culturel met en lumière le talent des artistes femmes et filles. Déjà le matin, l’équipe technique est visible pour emménager l’enceinte du complexe scolaire Un Jour Nouveau, l’habituel lieu des activités. Vers midi, on pouvait déjà observer l’ouverture des stands et le finissage de la mise en place.

C’est au cap de 14h30 que commencent les prestations sur le podium de la 5ème édition MUSIKA KIPAJI. Sur le podium, l’animatrice Fabienne Balola annonce l’équipe de défense des artistes, Nathalie et Madeline à la batterie, Eunice et Faith à la guitare, Daniella au piano. Un bon climat est au rendez-vous, même la pluie qui menacait a plié bagages. Ce qui permet un bon déroulement de cette grande messe culturelle conjuguée au féminin.

Pour commencer, la plus jeune Plamedie Balume met du feu sur le stage avec une voix angélique. A seulement 11 ans, cette jeune gagnante du concours Sauti Talent interprète un chant gospel et met le public dans l’ambiance du festival. Que du wow !

Par la suite, place au slam et au Rap par Sylvie Baziga et Belinda de la cité de Sake, Racelue, Staner, Ada Lulonga, Vanessa Kaniki et Francky Dhève de Goma… Vraiment déterminées ces jeunes filles chantent l’amour et la paix en usant d’un jeu de mots à couper le souffle et plaider pour le retour de la paix au Nord-Kivu tout en dénonçant la guerre qui fait beaucoup de victimes, parmi lesquelles la femme et l’enfant. Never again.

Dans le public la danse, l’acrobatie et le défilé de mode sont aussi au rendez-vous. Des jeunes filles danseuses du Centre Uhuru offrent un spectacle de danse traditionnel. Pour leur part, les filles acrobates du groupe Dragon Rouge ainsi que les mannequins dignes du fashons week international. Entre-temps, des fans des expositions n’hésitent pas à visiter des stands où sont exposées des œuvres d’art produites par des jeunes de Goma. Consommer local est aussi une stratégie de pacifier la région, car les artistes vivant de leur talent ne peuvent plus rejoindre les groupes armés.

Dans la soirée, la scène est prise constamment par le trio Christelle, Ines et Monica qui exécute la danse moderne à travers la pièce ‘’ LEO ‘’ avant de laisser la place aux artistes Bénédicte Luendo, Ira Irène, Hellene, Reine Saidata de Bukavu, Belah Dube ainsi que Patricia Furaha qui font joué le public à travers l’interprétation des chansons au rythme de la Rumba, du Zouk ainsi que la danse congolaise.

Après les prestations de Goma, Bukavu, du Burundi, et du Zimbabwe, le spectacle chute vers 20 heures avec la partie du mixage de musique exécutée par la Rwandaise Linda Kire. Cette dernière mixe le coupé décalé et trémousse le grand public qui refuse de libérer le placard, bien qu’il soit déjà tard.

‘’ Magnifique‘’ s’exclame Christian Malyamukoni en résumant ce festival auquel il a pris le plaisir de participer. ‘’ Nous avons été éblouis par la découverte des autres facettes et talents de la jeune fille. Nous espérons revivre l’ambiance sous peu. ‘’ lance-t ’il, sourire au coin des lèvres.

Ainsi se clôture le grand festival Musika na Kipaji, cet événement culturel qui met en lumière les contributions importantes des femmes dans les domaines artistiques. Que cet événement inspire les femmes de Goma et d’ailleurs à poursuivre leurs rêves et à réaliser leur plein potentiel.

Albert Le Chauve

This Post Has 3 Comments

  1. Vanessa Kaniki

    Waoh
    Merci beaucoup 🙏

  2. Onésime

    MUSIKA NA KIPAJI Ed5 c’était MIRACULOUS !!!!!!!!!

  3. Benjamin Songolo

    Bravo à l’équipe organisatrice du festival, que moi je prends pour une vitrine de la femme congolaise.
    Grand est mon plaisir de vivre ce moment inoubliable.

    Keep it up

Leave a Reply