You are currently viewing RDC – Benithe Bashige : « J’ai eu à m’investir dans Pamba Na Perle car je voulais changer l’image que les gens donnent aux perles. »

RDC – Benithe Bashige : « J’ai eu à m’investir dans Pamba Na Perle car je voulais changer l’image que les gens donnent aux perles. »

Pamba Na Perle, une initiative de Bénith Bashige, est une entreprise artistique et artisanale qui œuvre dans la ville de Goma à l’est de la République Démocratique du Congo. Depuis une année et cinq mois maintenant, une section de l’art où des accessoires mixtes sont confectionnés à base des perles ; oui, des perles !

Ayant remarqué que les gens ne donnent pas assez d’importance à la Perle, Bénith s’est décidée d’exploiter cet or sur laquelle les gens marchent sans s’en rendre compte. Alors qu’elle aurait choisi une branche plus fréquentée et moins risquée dans l’art vu ses nombreuses aptitudes, elle a choisi de se noyer dans la confection des accessoires mixtes conçus à base des perles. « J’ai eu à m’investir dans Pamba Na Perle car je voulais changer l’image que les gens donnent aux perles. » a-t-elle déclaré avant de continuer : « la plupart des personnes, lorsqu’on leur parle de la perle, elles ont tendance à se référer aux bracelets uniquement, pourtant non ; la perle est un petit truc pouvant servir à beaucoup des choses » .

Pour attirer une grande clientèle vers son travail, qui serait d’ailleurs venue elle-même vu la qualité des produits, Benith qui est entourée par des artistes, s’est rendu compte de l’opportunité que lui offraient les nombreux spectacles artistiques qui ont lieu dans la ville. Elle a donc commencé à exposer ses œuvres à chaque occasion pouvant lui accorder une grande visibilité . Il faut avouer que toutes ces idées sont venues quand, au début de sa carrière, elle a totalisé deux longs mois sans effectuer des entrées. Elle était découragée, elle l’aurait du abandonner mais puisque son travail c’est avant tout un cadeau qu’elle offre aux gens, elle ne l’a pas fait. Au contraire, elle a cherché comment percer l’âme du problème et le résoudre.

« Mieux vaut transmettre un art à son fils que de lui léguer mille pièces d’or » dit un proverbe chinois. En 2022 ,avant le rentrée scolaire, une structure des jeunes (Vis Pour Les Autres) a organisé une colonie de vacances dans un orphelinat de place. Bénith aurait fait comme beaucoup des jeunes : donner au nom de son entreprise ou en son nom, de l’argent pour aider dans l’organisation de ces activités mais elle a préféré apprendre son métier à ses enfants, puisque l’argent n’est qu’un moyen mais le métier est un héritage, tout en espérant qu’ils perpétueront cet héritage à leur tour et qu’il leur sera utile.

Benith Bashige est une jeune fille dans la vingtaine qui a fini ses études et habite dans la ville touristique qu’est Goma. Ce que ses mains font est dicté par une passion profonde et une ardente envie d’assoir et faire respecter cette culture artistique et artisanale. Elle ne veut surtout pas que les femmes jettent leurs sandales lorsqu’elles prennent de l’âge parce qu’avec son amour et ses mains nos sandales ne seront jamais usées. Reste à voir ce que sa passion, son identité et son héritage nous réservent encore.

Par Sada BALUME

Leave a Reply